Histoire de Pavie

La date de fondation de Pavie n’est pas connue mais date probablement de l’époque romaine ; elle porte d’abord le nom de son fleuve, Ticinum. Camp militaire, la ville prend de l’importance en 187 av. J.-C. lorsqu’elle est atteinte par une prolongation de la Via Emilia. Peu de choses sont connues sur Ticinum : il s’agit d’un municipium, un arc de triomphe y est érigé en l’honneur d’Auguste et devient un atelier monétaire aux iiie et ive siècles. Cornélius Népos y naît probablement. Le centre historique de Pavie, un quadrilatère d’un km2, possède la structure typique dérivée d’un camp romain avec ses deux axes perpendiculaire, le cardo et le decumanus.nummus de Maximien Galère frappé à Ticinum.Obligation de la Città di Pavia en date du 1erjanvier1906.

L’antique Ticinum accueille un atelier monétaire (très actif sous la Tétrarchie) jusqu’en 326, date à laquelle il est transféré dans la nouvelle capitale Constantinople2.

Pavie est pillée par Attila en 452. En 476Odoacre vainc Flavius Oreste à Pavie après un long siège. En représailles, Odoacre détruit complètement la ville. Au cours de son règne en Italie (493-526), le roi des Ostrogoths Théodoric y construit un palais, des bains, un amphithéâtre et une nouvelle enceinte. Après les conquêtes lombardes, Pavie devint la capitale du nouveau royaume lombard sous le nom de Papia. En 643 sera promulgué à Pavie l’édit de Rothari, le texte législatif du peuple lombard.

En 774, après un siège de plusieurs mois, Charlemagne conquiert Pavie et capture le roi des Lombards Didier, assumant la couronne du royaume lombard. Pavie reste cependant la capitale du royaume d’Italie ; les couronnements royaux ont lieu dans la basilique San Michele Maggiore.

En 924, Pavie est prise pour la deuxième fois par les Magyars qui lançaient régulièrement depuis vingt-cinq ans des raids dans le nord de l’Italie ; pillée, la ville est incendiée et seuls deux cents habitants échappèrent au massacre3.

Au xiie siècle, Pavie acquiert le statut de commune autonome. Dans la lutte entre guelfes et gibelins, Pavie est traditionnellement gibeline, une position due autant à sa rivalité avec Milan (tête de file des guelfes en Lombardie) qu’à sa loyauté envers l’Empereur. Lors du traité de Pavie en 1329, l’Empereur Louis IV accorde le Palatinat aux descendants de son frère, le duc Rodolphe Ier. Pavie lutte contre la domination de Milan mais est finalement annexée par la famille Visconti, ducs de Milan, en 1359, après un long siège4. Sous les Visconti, Pavie devient un centre intellectuel et artistique. L’université de Pavie est fondée en 1361 à partir d’une ancienne école de droit pré-existante et attire des étudiants de nombreux pays.

Le 24 février 1525, la bataille de Pavie voit la victoire de Charles Quint sur François Ier. Elle débouche sur une période d’occupation espagnole qui dure jusqu’en 1713. Pavie est alors gouvernée par l’Autriche jusqu’en 1796, puis conquise et mise à sac par les Français de l’armée d’Italie. En 1815, elle repasse sous contrôle autrichien.

Après la campagne d’Italie, Pavie est réunie, comme le reste de la Lombardie, au royaume de Sardaigne. L’unification italienne conduit à la proclamation du royaume d’Italie un an plus tard.

En 1894, au numéro 11 de la via Ugo Foscolo (maison Cornazzani), a vécu pendant environ un an Albert Einstein, alors âgé de quinze ans, avec sa famille5.

Édifices religieux

Pavie est l’une des étapes importantes de la via Francigena, voie de pèlerinage qui mène jusqu’à Rome. Elle possède de nombreux et importants édifices religieux, mais surtout le mausolée reliquaire de 1362, du très reconnu de tous les chrétiens, docteur de l’église Augustin d’Hippone, appelé plus souvent Saint Augustin.Reliquaire de Saint Augustin.

  • certains très anciens (trois basiliques de base romane) :
    • La basilique San Pietro in Ciel d’Oro (Saint-Pierre-au-Ciel-d’or), fondée au début du vie siècle, est reconstruite en 1132. Elle abrite le tombeau de saint Augustin, ainsi que les restes du roi lombard Liutprand (mort en 744), qui y avait rapporté de Sardaigne les reliques de saint Augustin, et la tombe de Boèce. Similaire à San Michele Maggiore, elle en diffère par sa façade asymétrique à un seul portail, l’utilisation de brique plutôt que de grès et, pour l’intérieur, l’absence de matronei (galeries réservées aux femmes) et un transept plus court. L’arche accueillant les reliques de saint Augustin est construite en 1362 par des artistes de Campione et est décorée de 150 statues et bas-reliefs. L’église est mentionnée par Dante Alighieri dans sa Divine Comédie (Paradis, X, 128).
    • La basilique San Michele Maggiore (Saint-Michel-Majeur) est un exemple d’architecture religieuse romane de Lombardie. Elle est située sur le site d’une église lombarde pré-existante, dont la partie inférieure du campanile fait partie. Détruite en 1004, l’église est rebâtie à la fin du xie siècle et achevée en 1155. Elle est caractérisée par l’usage de grès et par un très long transept, possédant une façade et une abside propres. Frédéric Barberousse y est couronné en 1155.
    • La basilique San Teodoro, dédiée à l’évêque médiéval Théodore, est la troisième basilique romane de la ville, ainsi que la plus petite. Elle est située sur les pentes conduisant au Tessin et étaient utilisée par les pécheurs. À l’intérieur, deux fresques représentant des vues d’ensemble de Pavie datent de 1525 et sont attribuées au peintre Bernardino Lanzani. Elles sont extrêmement détaillées et révèlent que le plan d’urbanisme de Pavie a très peu changé au cours des 500 dernières années.
    • L’église Santi Gervasio e Protasio est consacrée aux martyrs du iiie siècle Gervasio et Protasio et abriterait leurs reliques.
    • L’église Sant’Eusebio possède une crypte du viie siècle d’architecture lombarde.
  • d’autres plus récents :
    • Un monument religieux très remarquable de Pavie est sa chartreuse, située à 8 km au nord de la ville. Fondée en 1396, elle comprend un monastère de l’ordre des chartreux ; sa construction s’est achevée au xviiie siècle après ajout constant de nouvelles décorations. Le monastère est toujours utilisé par des moines, mais est ouvert aux visiteurs.
    • La construction du Duomo (cathédrale) débute en 1488 mais n’est achevée qu’en 1898 avec la construction de la façade et le dôme suivant le plan initial. Le bâtiment possède un plan octogonal. Le dôme central s’élève à 97 m de haut et pèse 20 000 tonnes ; il s’agit du troisième plus grand dôme d’Italie, après ceux de la basilique Saint-Pierre de Rome et de la cathédrale Santa Maria del Fiore de Florence. La cathédrale abrite la dépouille de saint Siro, premier évêque de Pavie (iie siècle). En 1989, la tour de la Mairie, située sur la flanc gauche de l’église, s’est écroulée
    • L’église Santa Maria del Carmine est un exemple d’architecture gothique en brique du Nord de l’Italie. Il s’agit de la deuxième plus grande église de Pavie après la cathédrale et son plan a la forme d’une croix latine. Sa façade caractéristique possède une grande rosace.
    • L’église Renaissance de Santa Maria di Canepanova est attribuée à Bramante.

Autres monuments

Le château Visconti (Castello Visconteo), construit entre 1360 et 1365 par Galéas II Visconti, est une large construction fortifiée qui servait de résidence privée plutôt que de forteresse. Le poète Pétrarque y a vécu après avoir accepté l’invitation de Jean Galéas Visconti à s’occuper de la bibliothèque, riche d’un millier de livres et de manuscrits, perdue depuis. Le château abrite les musées de la ville.

L’université de Pavie, fondée en 1361, est l’une des plus anciennes d’Europe ; une école de rhétorique est mentionnée dès 825, dans une capitulaire du roi Lothaire, faisant éventuellement de ce centre la proto-université la plus ancienne d’Europe. Le bâtiment central est un bloc de douze cours datant du xve au xixe siècle. La façade va du style baroque au néoclassicisme.

La Pinacothèque Malaspina conserve entre autres œuvres, la Vierge à l’Enfant en gloire avec les saints François et Claire, qui date de 1390-1395, peinte par Gentile da Fabriano.

Pavie conserve des tours médiévales, principalement dans le coin de la piazza Leonardo da Vinci, la via Luigi Porta et la piazza Collegio Borromeo.

Le Ponte Coperto est un pont couvert qui franchit le Tessin et relie la vieille ville à la rive droite. Le pont est la reconstruction d’un pont plus ancien datant du xive siècle et sérieusement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pavie de Wikipédia en français (auteurs)

< GUIDE DE PAVIE

This function has been disabled for Italie tourisme.